Comment transcrire

From TED Translators Wiki
Jump to: navigation, search


Transcrire une conférence TEDx, c'est créer des sous-titres dans la langue originelle. La transcription contient non seulement les mots prononcés par le conférencier, mais elle doit aussi être organisée en lignes de sous-titres et synchronisée au flot du discours enregistré. Tout comme les sous-titres fermés, elle contient des informations sonores pour les sourds et les malentendants. Vous trouverez ci-dessous des conseils et des stratégies qui vous seront utiles pour réaliser la transcription des TEDx en tant que volontaire de l'OTP, le Projet de Traduction de TED Ouvert à tous. Si vous n'avez pas encore rejoint l'équipe de TED, consultez : TED.com/transcribe.

Ce guide est une extension de ce tutoriel vidéo. Veuillez noter que la longueur des lignes et la vitesse de lecture recommandées ci-dessous concernent les langues latines. Pour les autres langues, elles peuvent être différentes.


IMPORTANT : Avant de commencer à travailler sur une transcription, vérifiez que la vidéo fait bien partie de l'équipe de TED sur Amara en consultant cette page. Cette page contient également un formulaire à utiliser pour ajouter une vidéo dans les tâches. Si la vidéo n'est pas dans l'équipe, votre travail ne pourra pas apparaître sur YouTube, ni être visible par l'équipe des traducteurs. Ce tutoriel vous montre comment rechercher une conférence à transcrire dans l'équipe.


Quels sont les bénéfices d'une transcription ?

Les transcriptions sont importantes pour plusieurs raisons :

  • La transcription dans la langue originelle rend les conférences accessibles aux sourds et aux malentendants.
  • Les conférences transcrites sont indexées par Google ce qui augmente encore plus leur visibilité ainsi que celle de l’événement.
  • Seules les conférences transcrites peuvent être traduites (voire être choisies par TED pour une plus large diffusion).


Comment s'organise le travail ?

Les vidéos des conférences TEDx sont importées dans YouTube. Les sous-titres de ces vidéos sont réalisés en utilisant notre partenaire Amara, un logiciel de création de sous-titres en ligne. Cette série de courts tutoriels d'apprentissage vous indique comment vous inscrire dans l'OTP sur Amara, rechercher les vidéos à sous-titrer et commencer à contribuer. D'autre part, vous trouverez des tutoriels techniques sur la façon d'utiliser l'éditeur d'Amara sur cette page (Utilisez le sous-titrage français).

Lorsque la transcription de la vidéo en langue originelle (ou sa traduction) est prête, elle doit être relue par un autre volontaire et approuvée par un Coordinateur des Langues (LC). Une fois approuvée, elle est accessible aux spectateurs en activant les sous-titres de la vidéo sur YouTube. Les transcripteurs, les traducteurs et les relecteurs sont accrédités pour leur travail sur leur page de profil personnelle sur le site de TED. Notez que c'est cette transcription originelle qui va servir de base aux traductions ultérieures.

Pour obtenir de l'aide supplémentaire, rejoignez l'équipe sur sa page Facebook générale « TED Translators », ou sur la page Facebook des traducteurs français « TED en français ». Pour rechercher les pages Facebook des autres langues, consultez cette liste des Traducteurs de TED sur les médias sociaux.


Vue d'ensemble du processus de transcription

Image shows the controls box in the Amara interface.
Les directives principales sont indiquées directement dans l'éditeur.

La transcription d'une vidéo de 18 minutes peut prendre de quatre à six heures, voire plus. Chaque utilisateur a quatre semaines pour effectuer sa tâche. Transcrire se fait en trois étapes.


1. Entrer le texte et le découper en sous-titres

Cette étape consiste à entrer ce que le conférencier dit, et à diviser le texte en sous-titres qui soient faciles à lire et en accord avec les standards de TED. Par exemple, ils ne contiennent pas de lapsus, et les phrases ne se mélangent pas.


2. Synchroniser les sous-titres et vérifier la vitesse de lecture

Les sous-titres sont ajustés aux paroles du conférencier grâce à un outil visuel situé sous l'image et, si nécessaire, le texte est condensé pour diminuer la vitesse de lecture afin qu'elle corresponde au standard de TED qui est de 21 caractères par seconde.


3. Éditer le titre et la description

Avant de valider son travail, le transcripteur doit vérifier que le titre et la description soient bien dans la langue originelle de la conférence et aux standards de TED (voir ci-dessous).

Pour avoir en savoir plus sur la façon de travailler les sous-titres, et aussi découvrir quelques astuces, prenez le temps de regardez ces deux petits tutoriels : « Comment transcrire » et « Longueur des sous-titres et vitesse de lecture ».

Vous trouverez ci-dessous une description plus détaillée de ces trois étapes.


Division du texte en sous-titres

Cette étape peut prendre de deux à quatre heures, voire plus. Il s'agit d'écouter et de taper ce que le conférencier dit (il est aussi possible d'importer le texte). Pour que le spectateur ait le temps de lire, la longueur d'une ligne ne doit pas dépasser 42 caractères, soit 84 caractères par sous-titre, ce qui correspond à une vitesse de lecture de 21 caractères par seconde. Le nombre de caractères et la vitesse de lecture sont automatiquement calculés par Amara pour chaque sous-titre et un petit point d'interrogation rouge indique le dépassement cette norme. Notez que ces valeurs sont applicables pour les langues latines seulement. Pour la norme standard dans les autres langues, consultez leurs propres ressources de l'OTP ou demandez à un Coordinateur de Langues.

Votre but principal, c'est de créer des sous-titres faciles à lire en formant des morceaux de textes harmonieux et bien équilibrés. Cela veut dire que le transcripteur essaie de couper les sous-titres aux endroits qui ne brisent pas la continuité de la phrase, ni les unités grammaticales (il ne sépare pas, par exemple, un article et un nom à la fin d'une ligne ou d'un sous-titre). Pour pouvoir satisfaire aux exigences de TED concernant la longueur des lignes et les coupures de phrases, un certain degré de reformulation est autorisé dans la mesure où cela ne change pas le sens de la phrase. Les lapsus et les erreurs évidentes ne doivent pas être transcrits.


Image shows the transcribing step in the Amara interface.
La première étape consiste à découper le texte en sous-titres.

Quand vous décidez de la façon de diviser les sous-titres, considérez les points suivants :


1. Est-ce que le sous-titre est suffisamment long pour être réparti sur deux lignes ?

Si le texte dans un sous-titre fait plus de 42 caractères, vous devez le diviser en deux lignes maximum par sous-titre. Pour aller à la ligne, utilisez SHIFT+ENTER. Ne séparez pas en deux les lignes qui font moins de 42 caractères car les petits sous-titres peuvent être gênants pour le spectateur. IMPORTANT : Un sous-titre ne doit pas contenir plus de 84 caractères et pas plus de deux lignes.


2. Est-ce que le texte est trop long pour un seul sous-titre ?

Si le texte que vous avez entré contient plus de 84 caractères, vous devez créer deux sous-titres au lieu d'un.


3. Est-ce que les phrases sont coupées correctement ?

Allez à la ligne et changez de sous-titre en évitant de couper les unités grammaticales et en respectant les unités de sens. Cette règle vaut dans un sous-titre, tant que cela ne crée pas un déséquilibre de plus de la moitié entre les deux lignes. Par exemple, on ne sépare pas un pronom possessif et un nom, les deux mots d'un nom propre, et les subordonnées sont conservées le plus possible intactes dans un même sous-titre. Pour en savoir plus, voir le chapitre : « Comment découper les phrases ».


4. Est-ce que le contenu est redondant ?

Les petits morceaux de phrases tels que « je voulais dire – non, voici plutôt... », les débuts de phrases commencés par erreur et repris plus tard, les répétitions telles que « Merci, merci, merci, merci. », les hésitations involontaires telles que « Humm... » et « Euh... », ne doivent pas être inclus dans le texte. Les fautes de français et les erreurs de grammaire et de conjugaison sont corrigées, comme par exemple « Je me suis permise... » (au lieu de « je me suis permis »), « Nous sommes allés au docteur » (au lieu de « chez le docteur »), etc. Il arrive parfois que le conférencier se trompe de mot, mais que le corriger change le sens de la phrase (par exemple, il dit « couché » au lieu de « levé »). Dans ce cas, indiquez la modification intentionnelle entre crochets (exemple : Je me suis réveillé ce matin-là, le soleil était [levé]).


5. Le texte est découpé en tant de petits sous-titres ! Est-ce vraiment nécessaire ?

Dans la mesure du possible, essayez de conserver les subordonnées, voire les phrases entières, dans un même sous-titre en respectant la longueur des lignes standard, la vitesse de lecture standard, et en restant fidèle au discours. Cela rend la lecture plus facile et la traduction plus efficace. Il est, en effet, beaucoup plus facile de traduire des gros segments de texte qu'une grande quantité de petits, sachant que les coupures de phrases ne sont pas forcément les mêmes dans le langage de la traduction. Voir aussi le paragraphe «  Comment rendre vos sous-titres plus faciles à traduire ».

IMPORTANT : Ne terminez pas une phrase, puis en commencez une nouvelle dans un même sous-titre (ex. : « ...et donc voilà pour la première idée. La deuxième idée, c'était... »). Toute nouvelle phrase doit commencer dans un nouveau sous-titre à moins qu'elle ne soit suffisamment courte pour finir dans le même sous-titre (ex. : « et donc voilà pour la première idée. Elle s'est concrétisée. »).


Petit aide-mémoire des règles
de transcription de TED

6. Ai-je bien indiqué tous les sons essentiels à la compréhension de la conférence ?

Représentez tous les sons importants pour la compréhension tels que les sons dont le conférencier fait mention (ex. : (Se racle la gorge) Pardon !), les changements d'interlocuteurs hors écran, les morceaux de musique, les réactions de l'audience lorsqu'elles sont clairement audibles telles que les applaudissements et les rires (à l'exception de l'intro musicale et des applaudissements au début des conférences).

Indiquez aussi les changements de langue et traduisez cette portion dans la langue originelle utilisée dans la conférence (ex. : (Arabe) C'était mon idée.). Indiquez les sons entre parenthèses, la première lettre en lettre capitale en veillant à représenter le son et non l'action qui produit le son (ex. : (Musique)). Pour plus d'informations à ce sujet, consultez le chapitre : « Comment représenter les sons ».


7. Ai-je bien transcrit le texte présent à l'écran ?

Transcrivez le texte à l'écran seulement si le temps vous le permet, sans enfreindre la vitesse de lecture, la longueur des lignes et des sous-titres, ni superposer votre sous-titre à un autre. Les textes à l'écran peuvent être de simples titres, des titres de photos, des citations, des extraits de vidéos, etc. Pour indiquer que ce texte est un texte à l'écran et non ce que dit le conférencier, il est représenté entre crochets. Cela va permettre à cette portion de texte d'être traduite par la suite. Indiquez le texte présent à l'écran lorsque c'est pertinent. Certains dessins humoristiques sont parfois impossibles à transcrire par exemple. Enfin, on ne transcrit pas les titres des conférences.


Synchronisation des sous-titres avec la vidéo

Image shows the synchronization step in the Amara interface
Synchronisation des sous-titres.
Après avoir entré et découpé le texte en sous-titres, le transcripteur a besoin d'ajuster chaque morceau de texte au discours correspondant. La ligne de temps ou « timeline » est accessible en appuyant sur la petite clé visible sous la vidéo, puis sur « show timeline » (montrer la ligne de temps). Les flèches haut et bas sur un clavier d'ordinateur permettent de signaler le début et la fin d'un sous-titre respectivement (Voir : Comment synchroniser les sous-titres). Il est aussi possible d'ajuster et de déplacer les sous-titres directement avec la souris, sur la ligne de temps.

La vitesse de lecture ne doit pas dépasser 21 caractères par seconde. Elle est calculée directement par Amara et les données concernant chaque sous-titre sont affichées dans une petite boîte séparée en cliquant sur le sous-titre. Les dépassements dans le nombre de caractères ou la vitesse de lecture sont indiqués par un petit point d'exclamation rouge à la droite du sous-titre. Le transcripteur se doit de remanier, raccourcir, rallonger, redécouper ou reformuler les sous-titres, sans en changer le sens et tout en respectant la synchro, jusqu'à ce qu'il ne reste plus aucun point d'exclamation sur l'ensemble de la vidéo.

Lorsque vous synchronisez vos sous-titres, considérez les points suivants :


1. Est-ce que la vitesse de lecture dépasse 21 caractères par seconde ?

Pour maintenir une bonne vitesse de lecture, calculée approximativement à 21 caractères par seconde, vous pouvez simplement allonger le sous-titre. Vous ne devez jamais le commencer trop à l'avance, c'est-à-dire plus de 100 ms avant le son correspondant, ni le prolonger de plus d'une seconde après la fin du discours. Si cela n'est pas suffisant, vous devez modifier le texte en le condensant ou en le résumant, tout en préservant son sens. Rappelez-vous que si la vitesse de lecture est trop rapide, le spectateur n'a pas le temps de lire. Donc, il vaut mieux condenser un texte plutôt que de créer une transcription verbatim impossible à lire. Il est aussi intéressant de savoir que la Charte relative à la Qualité du Sous-titrage à Destination des Sourds et Malentendants ainsi que certaines études auprès des sourds préconisent une vitesse de lecture allant de 12 à 15 caractères par seconde.

Respecter la vitesse de lecture est aussi essentiel pour faciliter les traductions ultérieures, particulièrement pour les langues qui utilisent un nombre de mots plus important. Pour vous aider à raccourcir vos sous-titres, reportez-vous au chapitre : « Comment condenser les sous-titres ».

Remarque : Occasionnellement, si le vocabulaire employé dans un sous-titre est difficile (vocabulaire scientifique, nom propre compliqué); vous êtes autorisés à réduire la vitesse de lecture au-dessous des 21 c/sec afin de laisser au spectateur le temps de bien comprendre ce dont il s'agit.


2. Est-ce que le texte est bien synchronisé au discours correspondant ?

En règle générale, le sous-titre doit commencer là où le discours correspondant commence. Cependant, respecter la bonne vitesse de lecture est plus important qu'une synchronisation absolument parfaite. Si vous devez prolongez quelque peu un sous-titre pour respecter la vitesse de lecture, un léger retard dans le sous-titre suivant est parfaitement acceptable, et parfois tout simplement inévitable. Par contre, ne laissez pas le sous-titre commencer AVANT le son correspondant car le décalage entre le langage corporel de l'intervenant et le contenu du sous-titre est perturbant pour le spectateur. C'est particulièrement important pour les cas où le contenu du sous-titre ne doit pas être révélé à l'avance (un effet de surprise par exemple), et dans les cas où l'image change (faites correspondre le plus possible vos coupures avec les changements d'images).


3. Est-ce que le sous-titre fait moins d'une seconde et plus de sept ?

Un sous-titre de moins d'une seconde disparaît trop rapidement pour la plupart des spectateurs. C'est aussi un problème pour le futur traducteur. Donc une seconde est la durée minimale d'un sous-titre. Sa durée maximale est de sept secondes. Les sous-titres de plus de sept secondes sont aussi perturbants et doivent être séparés en deux. La représentation du son d'une période de musique ou d'applaudissements apparaît pour une durée de trois secondes maximum. Si le morceau de musique est très long, on indique sa fin par (La musique s'arrête) une seconde environ avant sa fin actuelle.


4. Est-ce que le sous-titre se prolonge trop longtemps après la fin du discours ?

Un sous-titre ne doit pas rester à l'écran plus d'une seconde après la fin du discours. Vous pouvez choisir de ne pas indiquer les pauses entre les mots dans une phrase. Si nécessaire, vous pouvez choisir de représenter les interruptions ou les hésitations par des points de suspension (...). Essayez, par contre, d'indiquer les pauses plus longues entre les phrases complètes, ainsi que les pauses intentionnelles (les pauses pour emphase, par exemple).


Erreurs d'affichage

Dans les sous-titres français, on utilise les apostrophes typographiques :

- pour ouvrir («) (ALT+0171), espace avant + espace après,
- pour fermer (») (ALT+0187), espace avant + espace après.

Le tiret cadratin (—) ne s'affiche pas correctement sur certains lecteurs, on le remplace donc par un trait d'union (-) avec un espace avant et après, mais on ne le place jamais en début de ligne. De même, on écrit les mètres carrés « m2 » pour la même raison. N'utilisez pas les formatages HTML ou tout autre formatage dans les TEDx car ils ne s'affichent pas correctement dans YouTube. Notez que ces restrictions concernent les sous-titres eux-mêmes. On retourne à la ponctuation normale dans le titre et la description.

Pour les autres raccourcis claviers couramment utilisés en français, concernant notamment les majuscules accentuées, consultez le chapitre : « Boîte à outils du traducteur ».


Titre et Description

Chaque conférence TEDx vient avec un titre et une description créés par l'organisateur qui sont importés sur Amara via YouTube. Ils contiennent parfois trop ou pas assez d'informations, et ne se conforment pas toujours aux standards de TED décrits ci-dessous. Dans ce cas, votre tâche est de les revoir et de les corriger avant de soumettre votre transcription.

Notez que le titre et la description doivent être en accord avec la langue principale parlée dans la conférence. Si l’événement TEDx a eu lieu en France, mais que l'intervenant donne sa conférence en anglais, elle est sous-titrée en anglais puis traduite en français. De même, on ne met pas un titre et/ou une description en anglais sur une vidéo française (dans un tel cas, traduisez-les et copiez la version anglaise dans le commentaire afin que futur traducteur anglais puisse la récupérer).


Présentation du titre

Image shows how to edit the title and description of the talk in the Amara interface.
Pour modifier le titre et la description, cliquez sur le petit crayon.

Un titre typique commence par le titre de la conférence, suivie du nom du conférencier et du nom de l’événement TEDx, séparés par des traits verticaux (|) avec un espace avant et après. Exemple :

Devenir entrepreneur | Christophe Vidal | TEDxCastel

Si le titre ne se présente pas de cette façon, modifiez-le en conséquence. N'ajoutez pas la date de l’événement.

Si le titre de la conférence est manquant, vous pouvez laisser le nom du conférencier tout seul, mais il est préférable de trouver un bon titre à la conférence soit par vous-même, soit en consultant l'organisateur ou le conférencier.

D'une manière générale en français, dans un titre qui ne commence pas par un article défini, seul le mot initial porte une majuscule. Il en est de même si le titre est une phrase. Pour plus d'informations sur la façon d'écrire un titre, consultez le chapitre : «Guide de rédaction et de typographie françaises ».


Présentation de la description

La description doit commencer par une courte introduction ou un court résumé de la conférence. Supprimez tous les liens aux sites Internet extérieurs, excepté le lien vers l'organisation que le conférencier représente et dont il parle dans son exposé.

Si cette introduction est manquante, pensez à en ajouter une. Elle est généralement suivie par une courte biographie du conférencier.

La description générale de TED en anglais («In the spirit of ideas worth spreading, TEDx is a program of local, self-organized events…») doit être supprimée. Par contre, l'avertissement final («This talk was given at a TEDx event… ») doit être traduit par :

Cette présentation a été donnée lors d'un événement TEDx local utilisant le format des conférences TED mais organisé indépendamment. Pour en savoir plus : http://ted.com/tedx


Comment faire transcrire plus de conférences

Si vous êtes un organisateur de conférences TEDx et qu'un certain nombre de vos conférences n'ont pas été transcrites, pensez à demander de l'aide à la communauté des transcripteurs et des traducteurs sur la page Facebook « TED en français ». Sélectionnez une ou deux conférences en priorité et expliquez pourquoi leur transcription est importante pour vous. Trouvez un moyen de rendre cette tâche motivante et intéressante, et pensez à montrer votre appréciation aux transcripteurs (en les remerciant sur votre site Web, par exemple). Pensez aussi à contacter directement les Coordinateurs de Langues français.

Rappelez-vous que les transcripteurs et les traducteurs de TED sont des volontaires, et qu'ils sélectionnent généralement les conférences qui les intéressent parmi des dizaines de milliers de conférences TEDx dans le monde. D'un autre côté, votre propre équipe et votre communauté locale sont les mieux investies dans la promotion des idées développées au cours des événements auxquels elles ont elles-mêmes participé. Donc, essayez de travailler avec la communauté de transcripteurs locaux, en assistant et formant votre équipe à transcrire les conférences et en organisant des marathons de transcription.