Comment découper les phrases

From TED Translators Wiki
Jump to: navigation, search

Un sous-titre se compose d'une ou de deux lignes. Dans les langues basées sur le Latin, le sous-titre doit être réparti sur deux lignes quand il contient plus de 42 caractères (parce qu'une longue ligne est plus difficile à lire qu'un sous-titre composé de deux lignes, et parce que certains lecteurs ne gèrent pas les longues lignes correctement). Découper les phrases, c'est choisir l'endroit où les lignes vont se séparer, ainsi que l'endroit où le sous-titre va se terminer. Pour faire un saut de ligne dans Amara, presser simultanément les touches MAJ+ENTREE. Le nombre maximum de lignes dans un sous-titre se limite à deux.


D'une façon générale, la ligne doit être coupée après une unité linguistique (ou unité syntaxique, un groupe de mots liés grammaticalement tel qu'une préposition accompagnée de son complément, un article lié à son nom, une proposition subordonnée, etc.), qu'elle soit la seule ligne d'un sous-titre, la première ligne, ou la seconde ligne d'un long sous-titre. Cela veut dire qu'il est parfois nécessaire de reformuler le sous-titre afin de pouvoir segmenter la phrase sans avoir à briser une unité linguistique, comme séparer un adjectif du nom qu'il qualifie par exemple. Si, après avoir reformulé et simplifié, vous ne parvenez toujours pas faire entrer le sous-titre dans la limite des 42 caractères par ligne, vous devez le diviser en deux sous-titres différents.


Petite astuce : Lorsque vous répartissez un sous-titre sur deux lignes, ne laissez pas d'espace à la fin de la première ligne. Cet espace entre dans le calcul du nombre de caractères de la ligne et peut faire basculer la vitesse de lecture au-delà des 21 caractères par seconde requis. Dans certains cas, il suffit simplement de supprimer cet espace pour retrouver une vitesse normale.


Règles générales

Les règles relatives à l'identification des unités linguistiques pouvant être séparées, varient d'un langage à l'autre, mais vous pouvez vous inspirer des règles générales indiquées ci-dessous pour vous aider à réaliser de meilleurs choix de coupures de lignes.


Conserver une bonne balance entre les deux lignes

La longueur maximale du sous-titre dépend de ce que la vitesse de lecture ne dépasse pas 21 caractères par seconde. Tant que la vitesse de lecture est respectée, vous pouvez avoir deux lignes de 42 caractères dans votre sous-titre. Si vous avez une ligne de plus de 42 caractères, vous devez la séparer en deux tout en gardant un bon équilibre entre les deux lignes.

Vous devez couper les lignes de cette façon:

J'ai adopté un chat, un chien,
trois souris, et un poisson rouge.

et non de cette façon :

J'ai adopté un chat,
un chien, trois souris, et un poisson rouge.


Parfois, il semble difficile de créer deux lignes proportionnées sans détruire l'unité linguistique. Par exemple, les deux lignes suivantes sont équilibrées, mais l'unité linguistique de l'adjectif « romains » et du nom « dialectes » est brisée.

Je parle dix dialectes modernes
romains, et je lis le latin parfaitement.


Dans un tel cas, il est plus élégant de respecter l'unité linguistique même si cela crée un déséquilibre légèrement plus important entre les deux lignes.

Je parle dix dialectes modernes romains,
et je lis le latin parfaitement.


Quand vous créez un déséquilibre entre les lignes en vue de respecter l'unité linguistique, veillez à ce qu'une des lignes ne soit pas de moins de la moitié de l'autre. La gêne produite par un déséquilibre de plus de 50 % entre les deux lignes est plus importante que celle produite par la lecture d'une unité linguistique interrompue. Les lignes de ce sous-titre, par exemple, sont hors proportions (44 caractères dans la première ligne contre 15 dans la seconde, alors que la moitié idéale devrait être de 22).

J'en ai appris beaucoup sur James Tiptree Jr
dans Wikipédia.


On serait tenté de résoudre ce déséquilibre en plaçant « Tiptree Jr » sur la deuxième ligne, comme ceci (33/25 caractères).

J'en ai appris beaucoup sur James
Tiptree Jr dans Wikipédia.


Mais là, on coupe le nom propre, ce qui doit être évité. Les noms propres font partie des unités linguistiques qui ne doivent pas être interrompues. Donc dans ce cas, il est préférable de briser une unité linguistique différente :

J'en ai appris beaucoup sur
James Tiptree Jr dans Wikipédia.

Ici, nous séparons la préposition « sur » de son complément « James Tiptree Jr » mais nous obtenons un meilleur équilibre entre les deux lignes. Certaines unités linguistiques, comme les noms propres de personnes, sont plus inséparables que d'autres, donc, si vous devez absolument briser une unité linguistique, il est préférable garder celles-ci intactes et choisir une autre option.


Compresser et reformuler le texte

Dans certains cas, reformuler le sous-titre permet de créer des coupures propres et nettes. Par exemple, au lieu de vous contenter d'un sous-titre comme celui-ci :

J'en ai appris plus sur Jane
Eliott dans cet article.

dans certaines conditions, comme le contexte d'une traduction, vous pouvez reformuler la phrase différemment, par exemple :

J'en ai appris plus sur elle ici.

Cet article m'a informé sur elle.

Et puis, j'ai lu cet article sur elle.

J'en ai appris plus sur Jane Eliott.

Cet article m'en a appris plus sur elle.


Bien sûr, dans ces exemples, le texte est compressé au point d'entrer sur une seule ligne, mais vous pouvez aussi reformuler la phrase pour vous permettre, simplement, d'aller à la ligne plus élégamment :

Cet article m'a éclairé
concernant Jane Eliott.


Dans la mesure du possible, essayez de travailler vos sous-titres afin de faire des coupures nettes, sans qu'il soit nécessaire de briser une unité linguistique.


Créer deux sous-titres au lieu d'un

Parfois, il n'est pas possible d'aller à la ligne sans séparer une unité linguistique ou grammaticale : l'article du nom, la préposition de son complément, le pronom relatif de sa subordonnée, etc. Cependant dans ce cas, il est souvent possible de diviser le sous-titre en deux, et de découper les phrases en segments plus courts et proportionnés.


Petite astuce : Dans le contexte d'une traduction, lorsque vous séparez un sous-titre en deux, vos sous-titres vont se décaler par rapport aux sous-titres d'origine. Pour vous assurer que vous ne continuez pas à traduire dans les mauvaises cases, déverrouillez le petit cadenas qui se trouve en bas à droite du texte à traduire. Resynchroniser le texte d'origine avec la prochaine case vide de votre traduction. Revérouillez. C'est parti !


Les coupures de lignes à éviter

L'art de segmenter les lignes dépend très largement de la syntaxe et de la morphologie du langage utilisé. La liste ci-dessous contient quelques règles de base qui peuvent être suivies pour la langue anglaise, le français, et un certain nombre de langues de l'Europe occidentale.


• Les articles (un, le, les, du, de, au, etc.) ne doivent pas être séparés du nom qu'ils définissent.

• Un adjectif doit rester avec le nom qu'il qualifie. Quand deux ou plusieurs adjectifs sont séparés par des virgules, il est possible (mais non recommandé) de les diviser par un saut de ligne.

• Les pronoms relatifs (que, qui, où, dont, quoi, lequel, etc.) ainsi que les conjonctions (comme, si, lorsque, et, ou, car, mais, etc.) ne doivent pas être séparés de leur subordonnée.

• Tous les pronoms en général sont unis à ce qui les accompagne.

• Les prépositions (sur, dans, à, vers, chez, entre, par, pour, sans, en, etc.) ne doivent pas être séparées de leur complément.

• Les noms propres sont considérés comme une seule unité et doivent rester ensemble, dans la mesure du possible.

• Le sujet situé à proximité de son verbe l'accompagne généralement.


Exemples

Les exemples ci-dessous montrent la façon correcte d'aller à la ligne.

La coupure de ligne idéale est marquée par une double barre oblique, et la coupure acceptée, quand il n'est pas possible de faire une coupure idéale, est marquée par une barre oblique simple. Remarquez que, normalement, la ligne n'est pas brisée si elle ne dépasse pas 42 caractères. Ces exemples ne tiennent pas compte du nombre de caractères par ligne. Ils montrent simplement tous les endroits où il est possible d'insérer un saut de ligne, dans différents contextes grammaticaux. Ils ne suggèrent, en aucun cas, de couper les sous-titres en petits segments. Au contraire, la règle générale est de garder les phrases ensemble dans la mesure du possible.


Exemple 1

C'est un morceau / de prose, / très long /et verbeux, // que personne / ne connaît, // et dont personne / ne va se souvenir.

Remarques : Couper les lignes au début ou à la fin d'une unité linguistique, souvent délimitée par une virgule, un pronom tel que « que » ou une conjonction tel que « et », est une bonne stratégie. Dans cette phrase, les trois premières coupures acceptées ne sont pas recommandées parce qu'elles séparent les qualificatifs de leur nom « morceau ». Les deux coupures acceptées qui suivent sont indésirables parce qu'elles séparent le verbe de son sujet.


Exemple 2

Jean-Pierre souhaite se rendre / au supermarché, // mais, à ce qu'il me semble, // tous les magasins sont fermés /durant la Journée / de la Traduction.

Remarques : Dans cette phrase, les coupures idéales séparent les propositions. Les trois coupures acceptées sont placées avant les articles et les prépositions. Notez que séparer un verbe de son COD ou COI dans deux sous-titres différents est à éviter dans la mesure du possible, afin de garder l'unité linguistique intacte. Le verbe « être » reste avec son attribut.


Exemple 3

Je me suis réveillée, / en plein décalage horaire, // à trois heures du matin, // dans mon lit, // et j'ai tout de suite appelé /Anne-Marie Dupont // afin de lui parler / de mon interview.

Remarques : Dans cette phrase, la première virgule pourrait être facilement évitée, donc la première coupure n'est pas considérée comme idéale. Les deux autres coupures acceptées ne sont pas recommandées parce qu'elles séparent le verbe de son complément, comme indiqué précédemment. La coupure « afin de... » indique un saut de ligne idéal, mais idéalement également, cette proposition serait maintenue dans le même sous-titre afin de garder l'intégrité de la phrase.


Comment terminer un sous-titre

On détermine généralement l'endroit où va se terminer un sous-titre de la même façon que l'on détermine l'endroit où une phrase va être coupée, tout en essayant de garder les phrases intactes, dans la mesure du possible. Il y a, cependant, quelques règles particulières à respecter.


Ne pas terminer et commencer une nouvelle phrase dans un même sous-titre

Une nouvelle phrase doit toujours commencer dans un nouveau sous-titre, si elle ne se termine pas dans le même sous-titre. Deux ou plusieurs phrases courtes peuvent être réunies en un seul sous-titre.


Par exemple, on ne commence pas une nouvelle phrase sur une nouvelle ligne :


INCORRECT

et j'ai résolu le problème.
Mais j'ai remarqué aussi

que la lumière bleue s'est éteinte. 


CORRECT

et j'ai résolu le problème.

Mais j'ai remarqué aussi
que la lumière bleue s'est éteinte. 


Ou, on ne commence pas une nouvelle phrase sur partie de la deuxième ligne :


INCORRECT

En fait, ça a bien marché
dans son garage. Quand on travaille

en grand, on doit accepter les échecs. 


CORRECT

En fait, ça a bien marché
dans son garage.

Quand on travaille en grand,
on doit accepter les échecs. 


Synchroniser les changements de sous-titres avec le discours

Une partie de votre travail consiste à choisir où se termine un sous-titre et où un autre commence. Tout comme dans le choix des sauts de ligne, la fin d'un sous-titre ne doit pas couper une unité linguistique.


Remarquez que les sauts de lignes et de sous-titres ne suivent pas toujours les pauses du conférencier, particulièrement ses prises de respiration. Par contre, il est recommandé de respecter les pauses intentionnelles, souvent d'une seconde ou plus, que le conférencier utilise par exemple afin de mettre de l'emphase, une note de drame, ou de surprise dans ce qu'il dit.


Veillez aussi à ce que votre façon de terminer votre sous-titre ne révèle pas quelque chose que le spectateur n'est pas censé savoir à l'avance. Par exemple, imaginez que le conférencier dise : "Un jour, j'ai fait une expérimentation, sans savoir si ça allait marcher, et ça à marché !" Peut-être pourriez-vous entrer la phrase dans un seul sous-titre. Mais si le conférencier ouvre les bras en explosant de joie, et en s'exclamant : "Et ça a marché !", vous devriez finir votre sous-titre après "marcher" et ne pas révéler le succès trop tôt, même si la longueur de la ligne vous permet d'intégrer la phrase entière dans un seul sous-titre.