Comment représenter les sons

From TED Translators Wiki
Jump to: navigation, search


La représentation du son dans le sous-titrage des vidéos donne la possibilité aux sourds et aux malentendants (ainsi qu'aux spectateurs qui n'utilisent pas le son, en situations où le silence est exigé ou le son inaudible), de saisir toutes les informations auditives non parlées permettant de comprendre une conférence aussi bien qu'une personne sans handicap auditif.

L'information concernant le son doit être mise entre parenthèses et le premier mot doit commencer par une majuscule, par exemple : (Musique). On distingue généralement deux types d'informations concernant le son dans les sous-titres de TED, la représentation des sons et l'identification des intervenants.


La représentation des sons

Formulation

Il est important de noter que la représentation des sons ne ressemble pas aux indications scéniques que l'ont rencontre dans les pièces de théâtre ou dans les scripts. Elle représente le son, non l'action qui engendre le son. Par exemple, l'indication sonore sera (Coup de feu) et non (On tire un coup de feu).

La formulation doit être courte et de structure grammaticale simple telle que sujet + verbe à l'actif. Donc, on écrira, par exemple, (Les verres tintent), et NON (Tintements des verres) ou (Verres tintant).


Durée

Le sous-titre décrivant un son est soumis aux mêmes règles qu'un sous-titre normal quant à sa durée et la longueur de ses lignes. Néanmoins, même si la séquence musicale où la séquence d'applaudissements se prolongent, la représentation du son ne doit pas rester à l'écran plus de trois secondes. Indiquer le moment où la musique ou les applaudissements commencent ainsi que le moment où ils s'arrêtent, suffit.

Si la vidéo contient plusieurs morceaux de musique sans séquences parlées, indiquez le début et la fin de chaque morceau par (Musique) et (La musique s'arrête), afin que le spectateur comprenne ce qui se passe. Placez le sous-titre (La musique s'arrête) à environ une seconde et demi ou deux secondes AVANT la fin du morceau de musique, et non après, et laissez-le à l'écran jusqu'à la fin du morceau. Remarque : cela s'applique seulement s'il y a une pause entre les différents morceaux, mais si les morceaux sont joués en continu, vous n'avez pas besoin d'indiquer leurs limites.

De même, si la vidéo mélange une séquence parlée sur scène, un morceau de musique, une période moyenne sans musique puis une autre séquence musicale, vous devez indiquer que la musique a repris.


Les sons courants

Les représentations de sons les plus communes dans les sous-titres de TED sont :

• (Rires) – pour les rires audibles de l'audience indiqués durant les intervalles de temps où le conférencier ne dit rien.
• (Applaudissements) – pour les applaudissements de l'audience indiqués durant les intervalles de temps où le conférencier ne dit rien.
• (Musique) – pour les périodes de musique durant lesquelles le conférencier ne dit rien. Pour identifier ce qui est joué, mentionnez (Musique : « Nom du morceau »).

Recherchez à travers les sous-titres dans votre langue, les autres représentations du son les plus courantes. L'idéal serait d'harmoniser la représentation des sons dans chaque langue en utilisant une seule façon de représenter chaque son, et en évitant d'utiliser différentes versions pour un même son.

Dans les cas où deux sons se mélangent, par exemple rires et applaudissements, on indique les deux séparément dans un même sous-titre : (Rires) (Applaudissements).

Dans la mesure du possible, les informations concernant les sons provenant de l'audience tels que (Applaudissements) par exemple, doivent être indiquées dans un sous-titre séparé.


Les sons particuliers

Mis à part les trois sons les plus courants (rires, musique et applaudissements), vous allez parfois rencontrer d'autres sons qu'il vous sera nécessaire de transcrire tels que les sons de l'orateur ou les bruits contextuels.


Sons produits par l'intervenant

Parmi les sons importants à indiquer, on trouve les sons produits par l'orateur tels que les soupirs, les pouffées de rire, etc. Exemple :

Savez-vous dans quel état j'étais
après avoir parlé toute la journée ?

(En soupirant)

J'ai dû prendre un jour de congés après ça!

Ces types de sons émis par l'orateur doivent aussi être transcris lorsqu'ils interrompent le déroulement normal de l'exposé et que l'orateur en fait référence, même s'ils sont involontaires, comme par exemple lorsque l'orateur s'éclaircit la gorge et dit « J'aurais souhaité avoir plus d'eau ».


Élévation et diminution de la voix - Emphase

Lorsque le conférencier élève la voix ou chuchote intentionnellement, on l'indiquera par (En criant) et (En chuchotant). N'utilisez pas les lettres capitales pour indiquer l'élévation de la voix en écrivant par exemple « JE CRIE », ou l'élévation du ton en écrivant par exemple « Je mets l'emphase sur CE mot », et n'indiquez pas non plus l'emphase en italique.

Quand vous indiquez (En criant) ou (En chuchotant) au début d'un sous-titre, cela se réfère à la façon dont l'orateur s'exprime durant tout le contenu du sous-titre. Si l'orateur crie et chuchote de façon incohérente, on écrira plutôt (Cris) et (Chuchotements).


Chansons et paroles

Il n'est pas nécessaire d'indiquer une chanson par un symbole musical. Indiquez plutôt (En chantant) au début de la transcription des paroles de la chanson. Si vous voyez des symboles musicaux dans une transcription, vous êtes libre de choisir de les garder ou d'utiliser plutôt la mention (En chantant) au début de la chanson.


Changements de langue

Quand l'intervenant parle dans une autre langue que la langue utilisée tout au long de l'exposé, on indique la nouvelle langue en début de sous-titre, mais on traduit le texte. Exemple :

(Arabe) C'est mon idée.

Dans certains cas, la phrase en langue étrangère est destinée à ne pas être comprise par l'audience. Par exemple, l'intervenant peut citer quelque chose qu'il a entendu dans une autre langue, et ensuite expliquer ce que la phrase veut dire quelques minutes plus tard. Il est préférable, dans ce cas, de transcrire la phrase dans sa langue originelle, sans la traduire, en utilisant les règles officielles de translittération si nécessaire, quand cela est possible.

Pour vous aider à traduire les passages en langue étrangère que vous ne comprenez pas, vous pouvez rechercher d'autres traducteurs de l'équipe de TED, en utilisant la page Facebook des Traducteurs de TED, les pages Facebook locales, ou en contactant un LC, dont vous trouverez la liste sur le site TED.com.


Sons contextuels

Certains sons ne sont pas importants et ne suscitent aucunes réactions de la part de l'audience et n'ont donc pas besoin d'être transcrits (par exemple, un bruit d'obturateur provenant de quelqu'un qui prend une photo dans la salle). L'exception à cette règle, c'est quand un bruit fortuit entraîne une réaction visible de l'intervenant ou des spectateurs. Si, par exemple, un des spectateurs fait tomber une bouteille en plastique et que le conférencier sursaute et se met à rire, le bruit de la bouteille qui tombe doit être représenté afin que les non-entendants comprennent pourquoi il a réagi de cette façon.


L'identification des intervenants

Les changements d'intervenant doivent être représentés. Il peut arriver qu'il y ait deux conférenciers, ou que l'orateur soit rejoint par le présentateur pour un échange de questions, ou qu'une vidéo ou une bande audio soit utilisée qui contienne différents interlocuteurs.

On représente les interlocuteurs par leur nom complet suivi de deux points la première fois qu'ils apparaissent dans une conversation, et ensuite par leurs initiales seulement (sans points). Exemple :

Bien, c'est la fin de mon exposé. Je remercie tout le monde d'être venu (...).

(Applaudissements)

Oh vous avez une question pour moi ? D'accord.

Chris Anderson : Merci beaucoup. Vous avez écrit un jour – et j'aime bien cette citation - « Si par quelque magie, l'autisme était éradiqué de la surface de la terre, les hommes socialiseraient encore devant un feu de bois à l'entrée d'une cave. »

Temple Grandin : Parce que qui, selon vous, a fabriqué la première lance de pierre ? (...)

CA : Laissez-moi vous poser deux ou trois autres questions (...).

TG : Vous devez d'abord faire attention à l'âge (...).

Source : Temple Grandin : The world needs all kinds of minds


Identifier une nouvelle fois les interlocuteurs

Si un interlocuteur a été introduit mais qu'il ne reparle qu'après un long moment, on l'introduit de nouveau par son nom complet et non ses initiales.

Par exemple, si un intervenant X utilise, durant son exposé, une vidéo dans laquelle figure l'interview d'un intervenant Y, qu'il la pause puis la reprend cinq minutes plus tard, l'intervenant Y doit alors être réintroduit par son nom complet à la reprise de la vidéo pour confirmer que c'est bien la même personne, identifiée dans la vidéo, qui parle.


Les voix hors caméra

Tous les commentaires ainsi que les réponses produites hors caméra sont aussi identifiés par le nom des intervenants, ou par (Public) s'ils viennent de l'audience. Remarquez que (Public) est toujours écrit entre parenthèses comme la représentation d'un son. Exemple :

(Public) Laissez-moi ajouter quelque chose !


Les voix dans les vidéos utilisées durant l'exposé

Quand une vidéo est utilisée durant la conférence, on indique que le son vient de la vidéo et non du quelqu'un qui parle sur scène, et on différencie également les différents interlocuteurs de la vidéo, y compris le narrateur. Exemple :

(Vidéo) Narrateur : La communauté scientifique a réalisé l'importance du microbiote...

La mention (Vidéo) est utilisée une seule fois, au début de la première ligne parlée de la vidéo. Cependant, si le conférencier, sur scène, interrompt la vidéo, identifiez-le afin d'indiquer que ce sous-titre ne vient pas de la vidéo, puis indiquez une nouvelle fois (Vidéo) aux premières paroles de reprise de la vidéo pour signifier que ce sous-titre en fait partie.

Pour vous aider à identifier les interlocuteurs de la vidéo, vous pouvez utiliser la « boîte à outils du traducteur ». Si vous ne trouvez pas leurs noms, vous pouvez les différencier par leur rôle, par exemple (Chercheur), (Médecin) ou (Technicien). Voici un exemple où le conférencier s'appelle Jane Smith :

(Vidéo) David Worcester : On peut le voir

à travers toute l'Afrique
et dans certaines parties de l'Inde.

Jane Smith : Nous avons confirmé cela
dans nos laboratoires.

(Vidéo) Narrateur : Vous voyez ici
une autre bactérie très intéressante.


Quand l'intervenant sur scène parle aussi dans la vidéo

Dans de rares situations, quand le conférencier figure aussi dans la vidéo, et qu'il l'interrompt pour commenter, vous pouvez ajouter à son nom (Sur scène) pour indiquer ce qui ne vient pas de la vidéo. Vous pouvez aussi utiliser ses initiales pour économiser le nombre de caractères. Si après une interruption, il est évident d'après l'image, que c'est lui qui parle dans la vidéo, il n'est pas nécessaire de repréciser son nom. Voici un nouvel exemple avec Jane Smith :

Donc, voilà comment tout a commencé.

(Vidéo) Jane Smith : Dans notre labo...

(Sur scène) JS : Ici, c'est dans l'Ohio
de nouveau.

(Vidéo) : Nous faisons
un grand travail de préparation. 

Dans cet exemple, le conférencier n'est pas nommé dans le dernier sous-titre parce qu'il est évident que c'est lui à l'image. Mais la mention (Vidéo) est utilisée pour indiquer que celui qui parle n'est plus le conférencier faisant son exposé mais un pré-enregistrement. Si la voix était off dans la vidéo, il aurait été nécessaire de repréciser son nom (ses initiales auraient suffi).